Rechercher Titre/Auteur :



ACCUEIL




NOUVEAUTÉS




À PARAÎTRE




TITRES GRAND FORMAT




SW POCHE




AUTEURS




ACTUALITÉS




REVUES DE PRESSE  




RENCONTRES




RIGHTS/ÉTRANGER,
POCHE, CLUB




LETTRE
D'INFORMATION




CONTACT



Revue de presse J'y suis presque (SW Poche)
Nuala O'Faolain

 

Presse écrite

« Nuala O’Faolain n’est plus. En la lisant, l’émotion nous happe, comme toujours. C’est la voix d’une vieille amie, d’une sœur, tant elle se livre sans retenue, en toute confiance, à rebours de la mentalité irlandaise de sa jeunesse : Le silence était la stratégie défensive d’un peuple. Nous l’accompagnons ici dans le deuxième volume de son autobiographie, après On s’est déjà vu quelque part ?. Son extrême sincérité, son humour ravageur, son empathie, jouent à plein quand elle dit, au fil des souvenirs qui affleurent, ses doutes de romancière, l’alcoolisme de sa mère, sa trop familière solitude, le vide laissé par les ruptures amoureuses, la haine meurtrière entre voisins à Belfast… Mais aussi l’hilarante fête de la Saint-Patrick à New York, les échappées sur la lande trempée en compagnie de sa chienne Molly dans le comté de Clare, le succès littéraire inattendu à la cinquantaine, les milliers de lettres de lecteurs, les petites consolations, l’apaisement, enfin. Cette fragile sérénité trouvée au cours de ces années, celles d’une nouvelle adolescence de l’autre côté de la vie adulte. »

Voir l'article original

Marie Hirigoyen, librairie Hirigoyen (Bayonne), Page des libraires, novembre-décembre 2016

Lire tout l'article au format PDF


« "Amérique" a toujours été synonyme de "promesse". L'Amérique était le contraire de la lourdeur de ma vie d'enfant dans les plaines du nord de Dublin, où il semblait souvent n'y avoir rien d'autre à faire qu'à se traîner à l'école, traîner dans la maison et se faire hurler d'aller jouer dehors. L'Amérique était l'endroit où tous les grands voulaient aller et c'était l'endroit d'où venait le meilleur. Les films. Les paquets de bandes dessinées. Un maillot de bain de Nylon ruché conçu pour une femme à la silhouette différente de toutes celles que nous avions jamais vues. »
« Révélée en France par l'éditrice Sabine Wespieser, Nuala O'Faolain, l'une des grandes dames de la littérature irlandaise, disparue en 2008 à l'âge de 68 ans, est l'auteur de On s'est déjà vu quelque part ?, son premier récit autobiographique paru en poche en 2015, et de J'y suis presque, deuxième volet de ses mémoires qui paraît aujourd'hui en poche. Le livre intelligent et lucide d'une femme de 50 ans et des poussières. »

« Morceau choisi : Les Mémoires de Nuala O'Faolain », Le Magazine du Monde, samedi 26 novembre 2016

Lire tout l'article au format PDF


Coup de cœur des libraires

Lu et conseillé par : 
Claire Couthenx, librairie Georges (Talence)
Marie Hirigoyen, librairie Hirigoyen (Bayonne)
Sarah Gastel, librairie Terre des Livres (Lyon VIIe)
David Guerrinha, bibliothèque/médiathèque Calpe Les Portes de l'Essonne (Savigny-sur-Orge)
Christelle Mignant, librairie Majolire (Bourgoin-Jallieu)
Hélène Menand, bibliothèque/médiathèque du Parchamp (Boulogne-Billancourt)
Valérie Ohanian, librairie Masséna (Nice)
Laura Barbry, librairie Le Failler (Rennes)
Marie-Aube Nimsgern, librairie La Carline (Forcalquier)

Voir le site

Page des libraires, novembre-décembre 2016


Presse Web

« Se plonger dans un livre de Nuala O’Faolain ne relève pas de la simple promenade littéraire. Impossible de garder le cœur froid et les yeux secs par rapport à son texte et ne pas se sentir concerné par sa vie. Son histoire vous implique, vous entame, vous interpelle et vous pousse à reconsidérer votre propre existence.
J’y suis presque n’est pas un roman, pas tout à fait un document non plus, pas vraiment un recueil de souvenirs, mais plutôt une magnifique digression sur l’amour, le chagrin, la solitude et la difficulté de vivre en Irlande lorsqu’on est une femme.
Cela ressemble aussi à un "cri de protestation" et à "une tentative de comprendre pourquoi sa vie semble n’avoir abouti à rien malgré de grandes promesses". L’explication, Nuala O’Faolain l’a trouvée bien sûr, dans son enfance, dans le cœur de cette petite fille perdue au milieu d’une fratrie de neuf gosses livrés à eux-mêmes pendant que le père, chroniqueur mondain, courait les cocktails et les maîtresses et que sa mère noyait ses désillusions dans les bars. De cette première souffrance, elle ne se remettra jamais. Même après avoir connu le succès et l’amour de toute une population prise d’empathie pour son désespoir et de ferveur pour ses livres, elle est restée hantée par sa mère. Comme l’ont été d’ailleurs plusieurs de ses frères et sœurs. Seuls sont s’en sortis ceux qui ont choisi la voie traditionnelle famille-religion.
Nuala, de son côté, a préféré les chemins de traverse. Après avoir noyé son mal-être dans l’alcool, enchaîné les liaisons malheureuses et les dépressions, il lui arrivé quelque chose de miraculeux, alors qu’elle approchait la soixantaine. Journaliste à l’Irish Times, elle tenait une chronique très lue dans son pays. Un petit éditeur lui proposa de réunir ces billets d’humeur en recueil. Elle accepta à condition de pouvoir y ajouter une préface… qui devint un récit de trois-cents pages, On s’est déjà vu quelque part ? Une interview à la télévision suffit ensuite à la transformer en phénomène. Le lendemain, l’Irlande entière plébiscitait Nuala. C’est tout cela et ce qui lui est arrivé ensuite qu’elle raconte dans ce livre où l’on retrouve tout ce qu’on a toujours aimé chez elle : une sensibilité à fleur de peau, une écriture formidablement vivante, une espèce de franchise désarmante, et puisque nous avons l’impression que c’est à chacun de nous qu’elle s’adresse, une incroyable capacité à susciter notre compassion. J’ai tenté de refermer mes blessures en les mettant en mots, puis en purgeant les mots de leur pouvoir – en les considérant comme des outils pour un travail, une tâche, écrit-elle. Ces blessures ont fini par avoir raison d’elle. Aujourd’hui, Nuala nous manque beaucoup. »

Voir l'article original

« La rédaction l'a lu », Pascale Frey, www.onlalu.com



 

© swediteur.com 2007