Rechercher Titre/Auteur :



ACCUEIL




NOUVEAUTÉS




À PARAÎTRE




TITRES GRAND FORMAT




SW POCHE




AUTEURS




ACTUALITÉS




REVUES DE PRESSE  




RENCONTRES




RIGHTS/ÉTRANGER,
POCHE, CLUB




LETTRE
D'INFORMATION




CONTACT



Revue de presse La Vigne écarlate
Vincent Borel

 

Presse écrite

« Ni biographie, ni pure fiction, ce roman est d'abord un joyau littéraire par la beauté de son écriture, évocatrice, dense et racée.
De son enfance à ses derniers instants, le compositeur autrichien Anton Bruckner est l'anti-héros de Vincent Borel : un génie au physique grossier, à la psyché fragile, à l'appétit d'ogre, à l'opiniâtreté maniaque. Stupéfiant organiste formé à l'abbaye de Saint-Florian, "lieu de quiétude et de bonheur où seuls règnent Dieu et la musique", Bruckner s'acharne à faire comprendre et aimer ses symphonies, "cathédrales de sons, monolithes d'obsession" que Vienne méprise. Quand, enfin, sa 7e triomphe, l'artiste est déjà usé, alors que demeure en lui la passion brûlante et visionnaire de ses jeunes années… »

« Au plaisir de lire : 30 coups de cœur à lire ou à offrir », Emmanuelle Giuliani, La Croix, jeudi 6 décembre 2018

Lire tout l'article au format PDF


« Le compositeur Anton Bruckner devient une figure fascinante sous la plume de l'écrivain.
[…] En adossant la vie à la mort, La Vigne écarlate reproduit les hantises et les ambitions de son personnage. À la fois bigger than life, comme les Américains diraient de cet homme plein d'embonpoint dans ses manières rustres et au physique imposant et austère, le Bruckner dépeint ici peut tour à tour se plaire à engloutir des litres de bière dans des tavernes où résonnent des chansons populaires, ou tourner le dos à la jouissance en restant vierge toute sa vie. Cohabitent chez lui, le sec et le gras, l'ascèse et l'hédonisme, une exigence de raffinement et un esprit tapageur. Comme lorsque Bruckner affirme devant ses étudiants "la synthèse de l'ordre et du sauvage". Symptomatique de ces tiraillements : l'anecdote, authentique, du musicien debout dans le Danube, en train d'essayer de vider le fleuve à la louche. Combat perdu d'avance qui en dit long sur ses œuvres, éclairées par l'écriture de Vincent Borel, semblant relever indistinctement de la retenue et du débordement. »

« L'ascète débauché », Pierre-Édouard Peillon, Le Nouveau Magazine littéraire, décembre 2018

Lire tout l'article au format PDF


« D'une écriture remarquable, Vincent Borel livre dans un tourbillon d'images et de sensations la vie tout entière absorbée par la musique d'Anton Bruckner.
Compositeur génial, adulé par ses élèves, assommé de critiques acerbes, seuls son talent et l'épreuve du temps le firent sortir de son linceul. Obsessionnel, il comptait les feuilles de vigne écarlate, "incarnation du désir", pour ne pas perdre l'esprit tandis qu'il dressait sa dernière symphonie, inachevée, dans un belvédère tourné vers le ciel. Vieux garçon solitaire, épris d'amour et de beautés, il renoncera à tout pour s'adonner à son art, érigeant des cathédrales de sons, "synthèses de l'ordre et du sauvage", de son extrême rigueur et de l'extase.
La palette chatoyante de l'auteur, évocatrice de toutes les aspérités de la vie de Bruckner, fait de cette biographie romancée une œuvre incontournable de cet automne. »

« La douce Euterpe », Estelle Murail, Classica, novembre 2018

Lire tout l'article au format PDF


« Peut-on produire un chef-d'œuvre artistique sans avoir jamais aimé ou connu les plaisirs de la vie ? C'est le sujet passionnant qu'explore Vincent Borel à travers le récit d'Anton Bruckner (1824-1896). Grande figure du romantisme allemand, proche de Wagner, le musicien, peu sociable, restera seul toute sa vie, sans connaître l'amour ni l'union charnelle. Avec acharnement, ce précurseur de la modernité viennoise continuera à composer ses symphonies, malgré le mépris de certains de ses contemporains et des critiques.
Un magnifique roman sur la persévérance et la différence. » 

Héloïse Rocca, Version Femina, dimanche 2 décembre 2018

Lire tout l'article au format PDF


« […] Loin d'être aussi célèbre que Richard Wagner, qui l'a beaucoup inspiré, Anton Bruckner revient littéralement à la vie, près de deux cents ans après sa naissance, sous la plume érudite de Vincent Borel.
Son nouveau roman, La Vigne écarlate, sera, pour beaucoup, une porte d'entrée dans l'univers un brin névrosé du musicien.
[…] Anton Bruckner n'était pas seulement un compositeur de génie, mais aussi un être routinier, qui aimait sa vie monotone et se méfiait des débordements de la passion. Son exaltation, il la réservait à sa musique. 
Ce moine-soldat de la mélodie, pour lequel il est a priori difficile de se passionner, ressort comme transcendé par la plume passionnée de Vincent Borel, qui le transforme en héros de l'ère romantique, foudroyé alors que la gloire lui tendait les bras. Ce n'est pas un mince exploit. »

 

Voir l'article original

« Vincent Borel, la passion Bruckner », Rémi Bonnet, L'Écho républicain, lundi 19 novembre 2018


« Bien loin de Fraternels (2016), Vincent Borel renoue ici avec sa passion pour la musique classique. Après avoir dressé les portraits de Lully (Baptiste, 2002) et Wagner (Richard W., 2013), il s’intéresse à Anton Bruckner. Moins connu mais tout aussi brillant, Bruckner avait en lui la folie des grands génies.
[…] Il ressort de ce roman une sensualité étonnante : musique, ferveur et frustration. Tous les sens sont convoqués : de la bouche au toucher, le corps est extrêmement présent. On pourrait presque parler d’animalité. Et l’on passe de la sensualité à la spiritualité car c’est ainsi qu’était Anton Bruckner : un homme de chair et de sang en contradiction avec un mysticisme exacerbé. Il ira jusqu’à serrer entre ses mains le crâne de Beethoven afin de se connecter avec lui. Merci à Vincent Borel d’avoir réhabilité avec talent ce génie méconnu, cet homme complexe et curieusement fascinant. »

Voir l'article original

« L'homme aux onze symphonies », Marie-Laure Turoche, librairie Coiffard (Nantes), Page des libraires, automne 2018

Lire tout l'article au format PDF


« Une histoire de racines », entretien avec Vincent Borel, Hautes-Alpes Le Mag, été 2018

Lire tout l'article au format PDF


Audio - Vidéo - TV

« Frères ennemis, le retour », avec Vincent Borel et Brigitte François-Sappey, en direct et en public de l'hôtel Bedford.

Écouter l'émission

« Classic Club », Lionel Esparza, France Musique, jeudi 10 janvier 2019


« Bruckner, c'est un moine de la musique. »
L’écrivain nous livre un roman d'inspiration biographique, basé sur la vie de l'organiste et compositeur autrichien Anton Bruckner, admirateur de R. Wagner et contemporain de J. Brahms.

Écouter l'émission

« Par les temps qui courent », Marie Richeux, France Culture, lundi 15 octobre 2018


Coup de cœur d'Emmanuelle Giuliani (La Croix) de 38'49'' à 41'45''.

Écouter l'émission

« La Dispute », Arnaud Laporte, France Culture, mardi 15 janvier 2019


Arts secrets et intimes avec Vincent Borel et Nathalie Piégay.
La mère cachée d'Aragon, les interrogations d'Anton Bruckner… Au micro de Christophe Henning, Vincent Borel et Nathalie Piégay racontent les histoires personnelles d'artistes de génie.

Écouter l'émission

« Au pied de la lettre », Christophe Henning, RCF, lundi 12 novembre 2018


Coup de cœur des libraires

« Bruckner, ça vous dit quelque chose ? Si si, je suis sûre que vous avez déjà entendu ce nom… Ce n’était pas un romancier par hasard ? Ou un poète ? Ah oui, un musicien ! Un grand musicien, un très grand musicien et surtout un compositeur important… totalement oublié ! Il aura pourtant laissé neuf symphonies et surtout, très largement influencé le monde musical du XIXe siècle… Gustav Mahler, ça vous parle plus ? Un de ses élèves ! Richard Wagner ? Sa  "muse" ! Johannes Brahms ? Son ennemi juré !
Adulé par certains, écorché vif par beaucoup, il aura vécu uniquement par et pour la musique.
Après avoir lu ce livre (ou pendant !), vous n’aurez qu’une seule envie : aller écouter ou réécouter Anton Bruckner…
Merci Vincent d’avoir réussi à rendre passionnante et drôle (!) sa vie, c’était pas gagné d’avance ! »

Voir le site

Lu et conseillé par : 
Aurélie Janssens, librairie Page et Plume (Limoges)
Marie-Laure Turoche, librairie Coiffard (Nantes)
Valérie Barbe, librairie Au brouillon de culture (Caen)

Page des libraires, automne 2018, et www.pagedeslibraires.fr


Presse Web

« Après Lully et Wagner, Vincent Borel consacre son nouveau roman à Anton Bruckner, renouant ainsi avec l’inspiration musicale où il excelle, parvenant à rendre dans une narration fluide et rythmée la complexité du compositeur autrichien à la musique réputée exigeante.
[…] Malgré une angoisse chronique et des troubles obsessionnels compulsifs, associés à un excès de bonne chère, il compose avec opiniâtreté, mais ses œuvres sont incomprises ; Brahms et la critique sont impitoyables, lui reprochant ses cuivres trop exposés, ses dissonances et son allure de paysan mal dégrossi. C’est sa septième symphonie qui lui apporte enfin la consécration. Vienne se divise alors entre pro- et anti-Bruckner, comme Wagner avant lui, entre partisans d’une modernité cosmopolite et défenseurs d’un pangermanisme teinté d’antisémitisme. L’humble Bruckner s’y perd, qui ne vit que pour servir Dieu par sa musique, préférant à l’agonie théâtrale la disparition discrète en coulisse. »

Voir l'article original

« La rédaction l'a lu : Roman musical », Aline Sirba, www.onlalu.com



 

© swediteur.com 2007