Rechercher Titre/Auteur :



ACCUEIL




NOUVEAUTÉS




À PARAÎTRE




TITRES GRAND FORMAT




SW POCHE




AUTEURS




ACTUALITÉS




REVUES DE PRESSE  




RENCONTRES




RIGHTS/ÉTRANGER,
POCHE, CLUB




LETTRE
D'INFORMATION




CONTACT



Avoir été migrant
Zahia Rahmani

Zahia Rahmani est née en Algérie en 1962. Ses cinq premières années dans ce pays, sa vie plus tard dans un village de l’Oise, sa langue maternelle – le berbère –, le silence et le suicide de son père devenu harki, ont nourri trois livres remarqués : Moze (2003), « Musulman » roman (2005) et France, récit d’une enfance (2006), trilogie consacrée à la figure du banni.
Elle revient aujourd’hui à l’écriture littéraire, faisant toujours de son parcours son matériau. Devenue historienne de l’art après avoir perçu, par le hasard de ses études, la possibilité d’une émancipation par la connaissance des œuvres, elle consacre sa vie aux constructions de la figure de l’autre : dans le travail théorique qu’elle mène aujourd’hui à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), où elle dirige le programme de recherche sur l’art et la mondialisation ; dans les expositions qu’elle a initiées, Made in Algeria (Mucem, 2016) et Sismographie des luttes (INHA, 2017 et Beaubourg, janvier 2020, après une réception internationale) ; dans ses textes non fictionnels et dans ses performances scéniques.
Le bouleversement qu’a apporté dans sa vie la découverte du langage artistique, elle en rend compte dans Avoir été migrant, de même que de sa volonté d’existence au sein d’une communauté villageoise de l’Oise, où depuis une décennie elle reconstruit un habitat rural.
Ce texte très personnel, mise en perspective forte et salutaire de sa propre expérience, est un livre de migrant, non pas sur les migrants.
Zahia Rahmani y retrace une existence où s’enchâssent le sentiment intime de l’exil, la sensibilité politique qu’il a forgée – le livre revient notamment sur Myriam, Gabriel et Arié assassinés à Toulouse ; sur Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois – et les prises de position nourrissant son travail intellectuel autant que littéraire.
La manière dont Zahia Rahmani dit le monde sensible qu’est la migration – celle qui oblige à quitter les paysages de l’enfance, celle qui inscrit en soi une tristesse et un désir ne cessant de buter sur la violence du lieu d’accueil, celle qui interdit aussi la possibilité d’aimer le territoire qu’on a été contraint de quitter – bouleverse par son intensité autant qu’elle force à changer son propre regard.

N° d'éditeur : 183
18 €, 200 p.
ISBN : 978-2-84805-340-0

Date de parution : Août 2020


Les autres titres du même auteur :

    Moze

    « Musulman » roman

    France, récit d'une enfance

    « Musulman » roman (SW Poche)

    Moze (SW Poche)



 

© swediteur.com 2007